0   +   9   =  

Les chaînes de télévision américaines se sont emparées d’une histoire insolite et rare, vécue par un couple de Seattle. Ils ont décidé d’en faire part dans l’émission populaire outre-Atlantique Sex send me to ER, diffusée sur la chaîne TLC.  Du New York Times au  Boston Globe en passant par le Washington Post, la série » jouit » d’une grande audience aux Etats-Unis.  Le couple s’est pris au jeu en participant à la  reconstitution de la scène avec des acteurs professionnels cette-fois.

Jouir est une quête pour beaucoup de femmes mais certaines se plaignent de ne jamais atteindre l’orgasme et s’envoler au 7ème ciel. Et bien Liz après un rapport sexuel plus que torride et « fracassant », s’est retrouvée en mauvaise posture aux urgences suite à un  orgasme de 3 heures. Son rêve a tourné au supplice. Après avoir allumé le feu… impossible d’éteindre l’incendie !!!

nu

“Pendant une heure, j’ai tout fait pour que ça se calme”, a-t-elle raconté dans l’émission, “J’ai sautillé, j’ai bu du vin, pris une douche froide… j’ai tout essayé pour que cela cesse”. Des tentatives qui n’ont pas stoppé le phénomène, obligeant Liz et son mari Eric inquiets, à se rendre aux urgences. Le personnel de l’hôpital a d’abord cru à un accouchement, peu coutumier de ce genre d’évènement persistant. Entendre et  voir Liz  se mouvoir de plaisir sans raison apparente sur le fauteuil roulant, ont intrigué plus d’un patient… On imagine !

Après une heure d’attente et des médicaments, les amoureux ont pu enfin rejoindre leur domicile.  Comment ont-ils réussi à  justifier leur absence au travail ? Si  vous décidez  comme ce couple, de faire l’amour avant d’aller travailler… prévoyez une marge de manoeuvre !

Les médias  Américains sont friands de divulguer ces orgasmes irrépressibles qui rendent infernale la vie d’une femme. En 2001, une Américaine, Kim Ramsey  est victime d’une chute dans un escalier, entrainant un traumatisme de la colonne vertébrale : bien après, elle a un rapport avec son compagnon, mais son orgasme se répète de façon incontrôlable pendant 36 heures (environ 100 orgasmes !). Traitée, elle fait état encore de 100 orgasmes en un jour.

En 2012, le site du Nouvel Observateur relate le suicide d’une Américaine de Floride, Gretchen Mollannen, qui à partir de 23 ans, s’est mise à avoir 50 orgasmes par jour “un toutes les 30 secondes, pendant 4, 6 pouvant aller jusqu’à huit heures”. Sa vie étant devenue au bout de seize ans “un véritable calvaire”, elle avait décidé d’y mettre fin.

Un orgasme qui peut se déclencher tout seul

Ce plaisir peut être permanent ou intermittent pouvant aussi stopper de lui-même. Il peut se déclencher sous l’effet de vibrations  par exemple comme celle d’une voiture, de secousses brutales … Aussi par un simple stimuli génital qui se calme qu’avec la masturbation ou l’accouplement. Certaines femmes  parviennent à jouir vite et calme leurs ardeurs rapidement, d’autres mettront une demi-heure environ avant d’avoir l’orgasme.

Ces orgasmes irrésistibles sont vraiment pathologiques, non voulus en l’absence de toute stimulation physique ou psychologique. Ils sont à différencier des « orgasmes multiples » : pendant l’acte d’amour, une femme peut avoir plusieurs jouissances consécutives liées à son propre désir et aux stimulations de son partenaire. Sachez qu’un orgasme clitoridien ne dure que 14 secondes (montre en mains), tandis que l’orgasme vaginal peut durer jusqu’à 30 minutes.

image (2)

Traitement encore peu efficace

Ce trouble est rare et par sa méconnaissance  certains médecins peuvent l’assimiler à une sexualité compulsive (nymphomanie) de leur patiente. En 2001, cette maladie invalidante est reconnue et nommée « syndrome d’excitation génitale permanent ». Elle peut s’apparenter au mode d’action du priapisme chez les hommes.

 Vie détruite pour ces femmes

Difficile de profiter d’une vie sociale, conjugale, professionnelle et personnelle pour ces femmes  en grande souffrance qui supportent journellement la culpabilité, la honte, la crainte et dérivent vers la dépression sévère.

Pour ma part, ces émissions de téléréalité au goût discutable à TLC, aiment bien pondre des séries à sensation qui font froncer les sourcils, couler beaucoup d’encre et surtout faire grimper l’audimat !  Après ses performances, de nombreuses américaines doivent désormais convoiter ce fameux « Eric ».   Ceci étant, la maladie de l’orgasme n’est pas enviable.

Comment auriez-vous réagi dans la situation de Liz ?

 

Animez l’image

Caresses ventrale 4