Nue devant « L’Origine du Monde »

Cela s’appelle une mise en abîme. L’artiste plasticienne Deborah de Robertis ,extrémiste de la performance vérité, a fait un happening insolite au Musée d’Orsay. Le 29 mai, en salle 20 du musée parisien, elle a soulevé sa robe devant L’Origine du monde, chef d’œuvre de 1866 de Gustave Courbet, qui représente un sexe féminin. Une robe dorée, sous laquelle l’artiste était nue faisait écho au cadre de la peinture.

Origine2014

 

 

L’intention de l’artiste a été dévoilée : « Dans sa peinture réaliste, le peintre montre des cuisses ouvertes, mais le sexe reste fermé. Il ne dévoile pas le trou, c’est à dire, l’œil. Je ne montre pas mon sexe, mais je dévoile ce que l’on ne voit pas dans le tableau, l’œil du sexe, le trou noir, cet œil enfoui, ce néant, qui au-delà de la chair répond à l’infini insoutenable, l’origine de l’origine. »

Passons sur le blablabla de circonstance et admettons que la plaisanterie était bonne ! !   Faire le buzz n’est pas l’essentiel, c’est l’art mon but !

les-cinq-enigmes-de-l-art,M104550

Une vidéo de cette « performance » baptisée « Le Miroir de l’origine » a été postée sur YouTube, puis retirée. On pouvait y voir  une gardienne du musée s’interposer devant Deborah pour cacher son sexe, alors qu’une autre évacuait la salle. La police est venue la chercher pour l’emmener au poste où elle a été placée en garde à vue pour  »exhibition sexuelle ». Le procureur de la République a classé l’affaire sans suite avec un simple rappel à la loi.

Gustave Courbet (1819-1877) fut un ardent défenseur du réalisme en peinture, jusqu’à faire scandale.

L’artiste luxembourgeoise a réussi a créer le buzz, mais son message a t-il été compris ?

 

lesorigines Et pourquoi pas ?!

 

Mots-clés de l'article
, , ,
Ecrit Par
More from Emelyne

‘Sein’ Valentin

              J  – 10               Le 14 février  jour de  la Saint Valentin. A...
Lire la Suite