3   +   7   =  

Véritable plaidoyer, l’épilation intégrale sera-t-elle bientôt abolie face au retour des poils ? Pourquoi la société a développé cette vision honteuse de la femme poilue?  Le « zéro-poil » demeure  une question d’influence occidentale.

Par exemple en Afrique  les poils sont un critère de beauté, de protection, symbole de la maturité sexuelle et de virilité : les femmes doivent prendre les initiatives au lit. Le poil en tant qu’objet de mépris n’existe pas chez eux, sauf chez les jeunes femmes urbaines ou dans les catégories sociales aisées. Certaines ethnies, à l’état naturel n’ont pas ou peu de poils (Mongols, Chinois, Indiens d’Amazonie ).

belle-jeune-asiatique-nue

Remise en question difficile et bien ancrée dans les mœurs françaises. Les médias, les marques, la mode, les people plébiscitent leurs réveils pour aller à l’encontre du schéma dominant. Une croisade en faveur du poil est entreprise par certaines actrices et chanteuses ayant zappé la case esthéticienne. Elles n’hésitent pas à exhiber leur sexes velu à la TV.  Symbole féministe? Ou chamboulement/provocation des critères de beauté ? Coup de pub ?

sophie-marceau-nude

A la grande surprise générale, une marque Américaine de prêt-à-porter réputée a exposé le mois dernier dans sa devanture new-yorkaise, des mannequins plastiques affichant une pilosité abondante.

mannequin

 

 Quand et comment la dictature d’une peau sans poils est-elle apparue en France ?

 

Je passe l’histoire de l’épilation chez les Grecs et les Romains (delta imberbe). Beaucoup d’écrits historiques et de gravures ont prouvé que les femmes ne se rasaient ni les aisselles ni le pubis. C’étaient les écoles d’Art de l’Antiquité à la Renaissance qui interdisaient aux élèves de représenter les poils.   A la fin du XIXe siècle, la femme ayant des poils sur son pubis  était  considérée  de mauvaise moralité. L’art de cette époque représentait la femme imberbe.  Mais le tournant, c’est en 1915, lorsque cela devient un enjeu commercial, les marchands de rasoirs se sont rendus compte du marché énorme qui s’ouvraient à eux, celui des femmes, lorsque les tenues dévoilent des parties du corps jusque-là bien cachées. D’ailleurs, dans les premières pubs de l’époque, il y a une violence inouïe dans les termes utilisés : défigurement des poils aux aisselles, pas hygiénique, pas féminin (un comble quand on sait que les poils aux aisselles et au pubis sont un signe de maturité sexuelle, donc de féminité). Début XXe siècle, les poils reviennent dans la peinture comme dans la société, lorsque la publicité et le cinéma ont débuté aux USA.  Dans les années 1970, une femme de 20 ans n’était pas inquiétée par ces questions. La tendance récente du « no-poil » s’intensifie au début des années 1990, liée à certaines modes dominantes, comme le port du string. L’industrie cosmétique ayant trouvé également un bon créneau de vente (cire, rasoir,laser …).

invisible-string-foto

La mode du lisse en France peut s’expliquer par deux phénomènes : le premier relève d’un machisme intégré par les femmes (une nana sans poils ne fait pas peur puisqu’elle ressemble à une petite fille impubère, mythe de la jeunesse éternelle. Le développement de la religion musulmane dans l’Hexagone s’explique par l’épilation du maillot. En effet, dans l’Islam, l’épilation des aisselles et des parties intimes est fortement conseillée.

La dictature du lisse n’a donc pas dit son dernier mot !

vagin rasé

Avez-vous remarqué les pubs pour les produits dépilatoires, quand une femme s’épile, elle n’a déjà plus de poils ? Comme si une pub pour une tondeuse à gazon nous montrait un jardin à l’herbe déjà coupée. C’est aberrant, ne trouvez-vous pas?

rasoirpub

Quand une femme dit aujourd’hui “je m’épile par choix”, c’est vrai en apparence mais elle obéit inconsciemment à des ordres millénaires, enfouis au plus profonds de chacune d’entre nous. Je crois que la majorité des femmes s’épilent uniquement à cause de la pression sociale (famille/compagnon/collègues/mode).

Ne vous laissez pas formaterVoulez-vous obéir comme des petits moutons aux diktats d’Hollywood ?

Je termine en disant que je ne prône pas l’abandon de l’épilation pour partie, je demande que l’on respecte  celles qui ont fait un autre choix que celui imposé par le patriarcat. 

Acceptez votre corps et aimez-le tel qu’il est !