1   +   9   =  

En 1998, Bill Clinton, président des États-Unis de l’époque, était menacé de destitution pour avoir affirmé sous serment qu’il n’avait pas eu de relations sexuelles avec son ancienne stagiaire Monica Lewinsky. Pourtant, les preuves sont accablantes : une amie de la jeune femme avait enregistré des conversations téléphoniques pour le prouver et avait également dévoilé une robe tachée du sperme présidentiel. Pourtant, Bill Clinton ne change pas de stratégie de défense et plaide le fait qu’une fellation n’est pas un véritable rapport sexuel.

bougeplus

Le sexe oral en général et la fellation en particulier sont donc parfois, à l’image de la masturbation, bien souvent sous-estimés. Pourtant c’est un acte naturel qui est excitant pour les deux. Quoiqu’il en soit, peu nombreux sont les couples qui estiment que ça ne fait pas partie de leur sexualité. Pourquoi aime-t-on en donner, pourquoi apprécie-t-on d’en recevoir ? Quelle place occupe-t-il dans la vie sexuelle ? Et qui sont ceux et celles qui n’affectionnent pas particulièrement cet acte ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Certaines femmes n’aiment pas du tout cela. Elles trouvent qu’un sexe d’homme, ce n’est pas beau,  qu’il sert à uriner et n’est pas toujours propre…. De plus, une femme peut se sentir rabaissée à faire cela, se référant à des pratiques de prostituées.

Ensuite, beaucoup d’hommes, ne sont pas toujours d’une psychologie exemplaire  ni d’un raffinement extrême. Un « vas y suce-moi,… » ne donne pas très envie !

Autant d’idées peu encourageantes qui ne plaident pas pour la pratique intensive de la fellation ! Aussi beaucoup de femmes refuse ou expédie rapidement la demande.

Si le but de la fellation est de faire partie des préliminaires, ne poussez pas trop loin son excitation. Cette pratique est imparable pour rebooster une érection un peu faiblarde !

Si aujourd’hui, j’ai choisi de me focaliser sur la fellation, soyez en rassuré(e)s : je compte bien faire un article entier sur le cunnilingus, cette autre pratique orale.

Quelle place donnez-vous au sexe oral dans votre intimité ?

Pour toutes celles qui n’ont pas peur de sortir quelques fois leur langue de la poche…

Etes -vous prête à briser un tabou avec moi ?

Gif animé

Malgré tous les textes sur le sujet j’ai envie de partager ma façon de faire avec d’autres femmes… et hommes.

Masturber son homme, il n’y a rien de plus beau, c’est une pratique très douce et intime ; un abandon presque total. C’est laisser à l’autre le choix de tout, du temps, du rythme, de l’intensité.  Je pourrais passer des heures à le caresser, à le sucer. Bien des hommes vous diront que rien ne vaut une bonne pipe et ils ont raison…Il y a mille façons de jouer avec leur sexe et ce n’est comparable avec rien d’autre.

J’ai remarqué que plusieurs choses sont importantes pour qu’ils éprouvent du plaisir:

La vue: les hommes adorent VOIR leur partenaire, pas seulement leur visage quand elles leur font une fellation mais aussi tous les gestes qu’elles exécutent. Ils aiment quand c’est osé, sans tabou.

Le toucher : on ne le dira jamais assez, de la salive, de la chaleur, de la douceur mêlée à de la fermeté. Il n’y a rien de pire qu’une branlette sèche aussi n’hésitez pas à saliver quand vous masturbez votre homme.

Voici comment j’aime m’y prendre :

Je me place au dessus de mon homme, lui est couché sur le dos, les jambes légèrement écartées dans un premier temps. Je me place à quatre pattes sur une de ses cuisses pour rester en contact avec sa peau.

Là je prends sa verge, je lèche son gland délicatement, tout en le regardant dans les yeux. Je le caresse avec mes lèvres, je l’aspire délicatement. J’aime frotter son gland de gauche à droite sur ma langue, assez rapidement en m’attardant sur son frein. De mon autre main je caresse et je palpe ses testicules bien doux.

Je commence à effectuer des vas et vient très rapide en l’entourant complètement de mes mains et je prends sa queue profondément dans ma bouche, jusqu’a la gorge  « deep throat »  . Cela provoque instantanément une quantité de salive très gluante et fine que j’étale le long de son pénis. Il ne faut surtout pas hésiter à montrer toute cette salive qui s’écoule; j’aime laisser un filet sur son gland que je n’hésite pas à étirer comme pour rappeler le sperme que rencontre ma langue lors de l’issue finale.

Je récupère un peu de salive pour l’étaler sur mes seins et là je m’avance tout en me frottant à sa cuisse de quelques coups de hanches. Je caresse le bout de mes seins contre son gland puis je frotte un téton sur le méat urinaire et tout autour du gland, là encore je m’attarde sur le frein pendant quelques secondes. Là je reprends sa queue en bouche en jouant avec ma langue et en le masturbant. J’aime effectuer des pressions avec ma main à la base du gland, plus ou moins forte pour donner une impression d’orgasme féminin à sa queue qui commence vraiment à mouiller.

Au même moment je caresse de mon autre main tout le long de ses testicules et je descends jusqu’à son anus, délicatement je le caresse puis je le lèche. C’est toujours très doux, délicat. Mon autre main est toujours en train de le branler mais j’accélère la cadence pour l’exciter encore plus. J’aime beaucoup le lécher à cet endroit, et encore plus le caresser. Quand je vois qu’il est bientôt à l’apothéose j’introduis mon doigt toujours délicatement puis je masse sa prostate, d’abord doucement et quand je le sens prêt, beaucoup plus fortement. C’est une sensation incomparable pour un homme.

A cet instant je ne peux m’empêcher de remonter pour le regarder dans les yeux et je le suce intensément. Je sens qu’il est proche de l’orgasme et là je colle sa grosse queue sur ma langue et je lèche fort son gland. Je ne le branle plus mais je continue à le stimuler par l’orifice anal. Quand je ressens une longue giclée sur ma langue je rentre sa queue dans ma bouche, le plus profondément possible pour qu’il sente grâce aux mouvements de ma gorge que je le déguste. Je le bloque ainsi jusqu’à qu’il finisse de jouir.

Ce moment s’accompagne toujours d’une grande excitation de ma part et je me surprends souvent à serrer sa cuisse entres les miennes. J’aime le regarder intensément, voir le plaisir et le soulagement dans ses yeux. C’est vraiment un moment que je ne louperai pour rien au monde… par Cahetel

Bouche pleine

De plus, si les hommes sont voyeurs, les femmes ont une propension naturelle à être un rien exhibitionniste. Or là, elle se sait regardée, au moins par intermittence ! En voila du plaisir encore en plus ! N’oubliez pas, c’est vous qui décidez et qui offrez  à votre homme et aussi à vous-même un moment intense extrêmement plaisant !

Vous verrez que la femme peut y trouver beaucoup de plaisir aussi ! On ne le dira jamais assez : une relation sexuelle est un échange hédoniste,  avec un minimum de complicité. Le  sexe n’en devient que meilleur quand on communique avec son ou ses partenaires et qu’on arrive à mettre des mots sur nos envies et nos inimitiés, à trouver un compromis entre ce que l’autre veut et qu’on ne veut pas, ce que l’autre ne veut pas et qu’on veut. À faire des concessions à la limite par curiosité, mais sans se forcer.

Soyez constructif : si la fellation qu’on vous a prodiguée ne vous a pas entièrement satisfait, il faut le dire, mais le dire gentiment avec le sourire : tout s’apprend et tout peut s’améliorer… Et puis pourquoi attendre la fin ? C’est souvent pendant l’acte que l’on peut parler le plus librement…

Saviez-vousIl y a environ 15 calories par éjaculation.

Ça vous a plu ? (Je parlais de l’article bien sûr).    Partagez !

Tire-bouchon

Tire-bouchon

La prise de main (ou le tire-bouchon) : Le petit croquis vaudra ici toutes les explications…